Trois Zéro http://ipjblog.com/troiszero Just another Ipjblog.com weblog Wed, 04 Mar 2009 10:06:07 +0000 http://wordpress.org/?v=2.8.4 en hourly 1 2009 Space Invaders : l’invasion continue http://ipjblog.com/troiszero/2009/03/04/2009-space-invaders-linvasion-continue/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/03/04/2009-space-invaders-linvasion-continue/#comments Wed, 04 Mar 2009 10:06:07 +0000 bertrandschaal http://ipjblog.com/troiszero/?p=543

Les extraterrestres de Space-invaders ont été libérés des vieilles bornes d’arcade par un Français pour envahir les villes du Monde.

Par Caroline Thabeault

De petits aliens à la tête ronde qui dévorent tout sur leur passage et trépassent au moindre tir de rayon laser… Si ce scénario de jeu vidéo ressemble à celui qui que vous avez récemment installé sur votre téléphone mobile, sachez qu’en 1979 les amateurs de gaming se bousculaient dans les salles d’arcarde pour goûter aux joies de l’extermination intergalactique. Créé par Tomohiro Nishikado, Space Invaders, tout comme son homologue Pac-Man, est l’un des précurseurs du jeu vidéo. Et si trente ans plus tard les effets spéciaux semblent un peu démodés, les fans, eux, sont toujours là.


Parmi eux un Français, connu uniquement sous le pseudo « Invader ». Comme il l’explique lui-même, il « envahit l’espace ». Plus précisément, il parcourt les grandes villes depuis dix ans et laisse une trace de son passage. Sa technique ? La mosaïque, méthode artistique se rapprochant le plus du pixel. Sa signature ? La tête du petit personnage.
Sur un pont à Los Angeles, au coin d’une rue à Paris, sur le bord d’un trottoir à Berlin, jusque sur une lettre du mot « Hollywood » sur la colline éponyme… l’artiste est partout. Même dans les galeries d’exposition. Car son action est devenue emblématique de développement du street art, un « art de la rue » revendiqué par de plus en plus de créateurs. « Je joue avec l’esthétique du pixel, explique l’artiste. Mes œuvres sont faites pour être mises dehors. Je fais du bien aux gens. Sinon il y aurait de la pub partout ! »
Et quand la mosaïque le lasse, il passe au Rubix Cube. Seulement il ne se contente pas de remettre les couleurs dans l’ordre. Il fait des portraits, comme celui du Dalaï-lama Lama, son préféré, symbole d’un message de paix et de réconciliation … d’autant qu’il est fait avec des cubes chinois. Grand artiste mais mauvais diplomate ? Pour l’heure, « Invader » ne se lasse pas de son activité. Et quand bien même. S’il venait à s’arrêter, il sait déjà ce qu’il ferait : « Participer aux championnats de Rubix Cubes ! » Avec la certitude de l’emporter.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/03/04/2009-space-invaders-linvasion-continue/feed/ 1
2009 : DANS L’ESTOMAC DES TRENTENAIRES http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2009-dans-lestomac-des-trentenaires/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2009-dans-lestomac-des-trentenaires/#comments Fri, 27 Feb 2009 13:08:50 +0000 servanephilippe http://ipjblog.com/troiszero/?p=234 Fred, Anne, Clément et Laurent, tous trentenaires et parisiens, parlent de leur repas. Attention, frange non-représentative de la population !

Par Aurélie Fontaine et Servane Philippe


Dans l’estomac des trentenaires from Jim on Vimeo.

Les pauvres, ils cumulent. Génération désenchantée, comportements régressifs, les trentenaires sont maintenant accusés de malbouffe.

Isabelle Saporta, philosophe et collaboratrice du magazine Marianne stigmatise cette façon de manger dans son livre Ne mâchons pas nos mots (éd. Robert Laffont). Interview express.

DR Isabella Vincenti

Pourquoi associer trentenaires et malbouffe ?

La rupture dans la transmission des savoirs culinaires s’est opérée avec cette génération. Les trentenaires ont pour mères des femmes de la génération de mai 68, qui ont brûlé leur gamelle sur le bûcher de leur soutien-gorge. Cette rupture a été brutale. Dans les frigos des séniors on trouve des fruits, des légumes frais et du poisson. Les trentenaires sont eux une « génération placard », ils entassent plats surgelés, boîtes de conserve, Nutella et fraise Tagada. Une nuance toutefois : dans les milieu bourgeois le bien-manger subsiste.

La rupture n’est donc pas seulement générationelle ?

Elle est indissociable de la fracture sociale. Seulement 1% de précaire mange 5 à 6 fruits et légumes par jour ! Je suis tout à fait d’accord avec Pascale Hebel du Credoc, qui pense que les précaires se serrent la ceinture sur tout, tout le temps. Les précaires peuvent se payer la même junk food que les bourgeois, c’est donc un plaisir auquel ils ne renonceront pas. En clair, la malbouffe n’est pas grave si elle n’est qu’une période de la vie. Mais, seuls les bobos bourgeois, en sortent.

Comment changer les choses ?

Il faut que les pouvoirs publics interviennent. Au risque de paraître réac’, je prône un retour des cours de cuisine à l’école. Il faut rééduquer les enfants et leurs parents : leur apprendre à reconnaître les fruits et les légumes. C’est aussi un moyen de donner aux enfants de tous milieux sociaux les mêmes chances dans la vie. Pourquoi ne réussirait-on pas à valoriser les bonnes choses comme on valorise la « merde » ? C’est une bataille de David contre Goliath mais qui vaut la peine d’être menée. Il faut sauver la génération suivante !

]]> http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2009-dans-lestomac-des-trentenaires/feed/ 0 2039 : La fin de l’or noir ? http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2039-la-fin-de-l%e2%80%99or-noir/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2039-la-fin-de-l%e2%80%99or-noir/#comments Fri, 27 Feb 2009 13:07:28 +0000 Claire http://ipjblog.com/troiszero/?p=406 Voiture, dentifrice, CD, rouge à lèvres, médicaments, jean, jus d’orange… le pétrole est omniprésent dans notre vie quotidienne. Et dans 30 ans, si nous n’en avions plus ?

Par Claire Mahjoub

Il faut 6 litres de pétrole pour fabriquer une paire de chaussures de sport, 612 litres pour un ordinateur ou encore 2,5 g pour un verre de jus d’orange. En 2009, Frédéric Reynès, spécialiste du pétrole et chercheur à l’Institute for environmental studies (IVM) à Amsterdam (Pays-Bas) dresse un constat : on ne peut pas se passer de pétrole.

Ecouter Frédéric Reynès

L’Union française des industries pétrolières (Ufip) prévoit pour 2009 une demande de 84,7 millions de barils par jour contre 85,7 millions en 2008. Pour François Marot, rédacteur en chef de National Geographic en France et auteur du livre « Vivre sans pétrole : Notre civilisation menacée de panne sèche ! », cette baisse trouve son explication dans la crise actuelle.

Ecouter François Marot

Alors, y aura-t-il encore du pétrole dans 30 ans ? La réponse de Frédéric Reynès, ancien collaborateur à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques).

Ecouter Frédéric Reynès (2)

Les alternatives évoquées par Frédéric Reynès n’en sont aujourd’hui qu’au stade embryonnaire selon François Marot.

Ecouter François Marot (2)

Pour savoir à quoi pourrait ressembler la vie sans pétrole, John Webster a réalisé un documentaire « Ma vie sans pétrole », racontant la vie d’une famille qui a décidé de ne plus utiliser l’or noir.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2039-la-fin-de-l%e2%80%99or-noir/feed/ 0
La France de 2030 http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/la-france-de-2030/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/la-france-de-2030/#comments Fri, 27 Feb 2009 12:23:10 +0000 Claire http://ipjblog.com/troiszero/?p=497 A quoi ressemblera la France en 2030 ? Quelles seront les grandes évolutions de notre société ? Les réponses de Marc Mousli, chercheur en prospective.

Par Claire Mahjoub

En 2030, la population mondiale aura atteint les 8 milliards d’habitants. La France, elle, comptera environ 67 millions de personnes selon Marc Mousli, chercheur au Lipsor, laboratoire d’innovation, de prospective stratégique et d’organisation. Il a réalisé des études sur les grandes évolutions de notre pays à l’horizon 2030. Une France où il y aura environ 30 % de gens de 60 ans et plus contre 20 à 22 % de jeunes. En somme, on vivra plus longtemps et en meilleure santé. Mais il vaudrait mieux aussi ne pas vivre seul…

Ecouter(1)


Et dans cette nouvelle société, l’économie aura aussi évolué.

Ecouter(2)

Du côté des nouvelles technologies, on aura développé ” l’Internet des objets ” (exemple : un frigo passe commande en fonction des stocks de nourriture qu’il contient). Mais d’après Marc Mousli, un autre secteur va prendre énormément d’importance.

Ecouter(3)

Et pour avoir un autre avis sur ce que vous réserve l’avenir, consulter cet article sur les prédictions de l’astrologue Françoise Colin.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/la-france-de-2030/feed/ 0
1979-2009 : La saga du Walkman http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/la-saga-du-walkman/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/la-saga-du-walkman/#comments Fri, 27 Feb 2009 11:59:24 +0000 Marie-Laure http://ipjblog.com/troiszero/?p=495 En 1979, d’étranges créatures débarquent dans les rues. Leurs oreilles sont masquées par des casques et leur tête remue en rythme. Le Walkman s’invite dans les poches.

Par Marie-Laure Combes

Un pavé bleu et orange de près de 500 grammes. C’est ce qui a révolutionné la musique à l’aube des années 80. Le japonais Sony lance le premier lecteur de cassettes portable. Le succès est immédiat et le TPS-L2 (c’est son joli nom) est en rupture de stock pendant presque deux ans.

Toujours à la pointe de la recherche, Sony ne cesse de lancer des nouveaux modèles. En 1983, la marque japonaise s’attaque à une nouvelle innovation : le CD. Le Discman permet d’emporter encore plus de musique – 5 heures pour le premier modèle. Puis c’est le Mini Disc, qui prend encore moins de place dans les sacs de filles et dans les poches des garçons.

Juste avant l’an 2000, la musique « virtuelle » arrive. Mais Sony fait le pari de développer sa propre norme, l’ATRAC, et boude le mp3. Une erreur qui lui coûtera cher car l’ATRAC est peu pratique et les consommateurs qui ne s’y trompent pas. Ils se tournent massivement vers son concurrent Apple, et son iPod.

Aujourd’hui, les lecteurs numériques permettent d’emporter plus de 10 000 chansons, soit 650 cassettes… de 60 minutes !

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/la-saga-du-walkman/feed/ 0
1979 : la presse gay sort du placard http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/1979-la-presse-gay-sort-du-placard-2/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/1979-la-presse-gay-sort-du-placard-2/#comments Fri, 27 Feb 2009 11:49:25 +0000 matthieu http://ipjblog.com/troiszero/?p=481 Dans une société encore profondément conservatrice, la création du journal Gai Pied est un événement. En quelques années, il va marquer l’histoire collective de l’homosexualité en France.

Par Florianne Finet

A la fin des années 70, la France est une “société bloquée“, pour reprendre l’expression du sociologue Michel Crozier. L’homosexualité est encore un délit, les homos sont souvent considérés comme des malades à soigner et on imagine pas qu’un homme politique puisse faire son coming-out.

Jean Le Bitoux, journaliste à Libération et Gérard Vappereau décident d’agir en créant un journal d’information pour défendre la cause des homosexuels. Le premier numéro de « Gai Pied » paraît en avril 1979. Au sommaire, des critiques littéraire et cinéma, des interviews de responsables politiques, des photos d’hommes nus et des tribunes.

Couverture de Gai Pied en 1983

Couverture de Gai Pied en 1983

Pour le n°1, le philosophe Michel Foucault propose un article sur le suicide. « Plusieurs intellectuels nous ont apporté leur soutien. Résultat, on a évité la censure politique », souligne Jean Le Bitoux. Le magazine trouve rapidement son public avec 15 000 exemplaires mensuels vendus dès la première année. Pour Luc Marcelot, 55 ans, lecteur de la première heure, Gai Pied a donné une visibilité à la communauté gay


Untitled from floriane finet on Vimeo.

Les petites annonces de rencontre, très importantes pour les gays de province souvent isolés, financent une grande partie du journal. Un défi en soi, car Libération et le Nouvel Observateur sont régulièrement condamnés à l’époque pour de telles publications. « Gai Pied a permis aux homosexuels de sortir de leur honte, de leur anonymat. C’était un espace d’expression pour une parole collective », se souvient Jean-Luc Hennig, écrivain et collaborateur du journal dans les années 80. « Pour moi, c’est un moment important de l’histoire de la presse ».

En 1992, l’aventure s’arrête, faute de financement et suite à l’essoufflement d’un certain militantisme. Têtu est créé trois ans plus tard. Mais ce magazine n’a pas grand chose à voir avec Gai Pied. Son contenu est centré sur les tendances. L’actualité politique et sociale n’occupe qu’une place réduite. « Gai Pied est mort, car il n’était plus représentatif de la communauté dans ses revendications, analyse Luc Marcelot. Têtu est simplement le journal de son temps ».

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/1979-la-presse-gay-sort-du-placard-2/feed/ 0
2009 : 30 ans d’âge mental et une quête d’harmonie http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2009-30-ans-dage-mental-et-une-quete-dharmonie/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2009-30-ans-dage-mental-et-une-quete-dharmonie/#comments Fri, 27 Feb 2009 10:38:04 +0000 bertrandschaal http://ipjblog.com/troiszero/?p=382 A 30 ans, on est tiraillé entre vie professionnelle et vie privée. Tout comme leurs personnages, les « 30 ans d’âge mental » cherchent un équilibre.

Par Sophie Boltz

30 ans d’âge mental. L’expression surprend et ne laisse pas indifférent. Derrière ce nom, une troupe de théâtre et sept comédiens, la trentaine épanouie. Aujourd’hui certains sont un peu plus âgés, mais tous partagent un même état d’esprit.

Martine, Arnaud, Alexandra, Sophie, Igor, et Frédéric ne cachent pas leur plaisir de monter sur scène. Thomas savoure le bonheur de mettre en scène Le Barbecue, une pièce écrite par Igor et Alexandra, des trentenaires, jouée par des trentenaires pour les trentenaires, mais pas seulement. Leur création a beaucoup plu. De leurs débuts à l’été 2008, les comédiens ont donné 120 représentations dans plusieurs théâtres. Ils travaillent beaucoup mais lorsqu’ils jouent, ils sont complices, ils s’amusent. « Pas deux soirs ne se ressemblent, il y a beaucoup d’improvisations », raconte Arnaud.

Tout commence il y a 4 ans. Les comédiens amateurs, évidemment tous trentenaires, s’essaient au théâtre ou se perfectionnent aux cours Clément. En deuxième année, Igor et Alexandra inventent un décor : une maison de campagne. Ils façonnent trois couples de trentenaires. Il y a celui qui vit dans l’euphorie, celui qui n’a plus de projets et puis il y a la famille recomposée. La rencontre de ces personnages créée des étincelles. Tous remettent en question leurs vies sentimentale et professionnelle. C’est ainsi que la pièce Le Barbecue prend forme, les comédiens leur envol. Ces derniers décident de former une troupe à leur image. « Pas de délire culturel, explique Arnaud. On voulait juste plaire au public. » Un jour, un ami lance une idée : la compagnie pourrait s’appeler « 30 ans d’âge mental. » Nouveau brainstorming, le nom refait surface, il est retenu.

Quand on demande à Arnaud de Furst ce que cet âge représente pour lui, il parle d’une prise de conscience : « C’est la crise de la trentaine. Tu attends beaucoup du milieu professionnel et tu te rends comptes que c’est pire que l’école. On a envie d’indépendance, de se révéler dans autre chose que le boulot et la vie de famille. » Et Martine de renchérir : « On a besoin d’autres plaisirs pour mieux vivre. »

Ce besoin de s’accomplir trouve aussi son explication dans le contexte économique et social. « On appartient à une génération pas gâtée, mais pourrie. On a le sida, la crise économique, le chômage alors que ceux d’avant se sont gavés, ils ont pris entrée, plat, dessert… Et nous, on passe derrière, il faut payer l’addition. »

La troupe n’a pas encore retrouvé les planches mais les projets, eux, ne manquent pas. Igor écrit une pièce avec Alexandra, et une autre aux côtés de Fred, cette fois. Un exemple qui vient couronner la théorie d’Arnaud et Martine. Aujourd’hui « le trentenaire est multi-cartes. »

D’autres trentenaires parlent de leur condition.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/2009-30-ans-dage-mental-et-une-quete-dharmonie/feed/ 0
1979 : Les premières vraies élections européennes http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/1979-les-premieres-vraies-elections-europeennes/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/1979-les-premieres-vraies-elections-europeennes/#comments Fri, 27 Feb 2009 09:29:15 +0000 Aurélie Lebelle http://ipjblog.com/troiszero/?p=246 7 juin 1979. Pour la première fois, les citoyens français élisent leurs députés européens. De nouvelles figures, plus impliquées, investissent les couloirs du Parlement européen.

Par Claire Hache et Aurélie Lebelle

Sylvie Mayer avait 32 ans. Membre du groupe communiste, elle était l’une des plus jeunes du Parlement européen. Elle nous confie ses souvenirs et ses impressions sur l’ébullition qui régnait à l’époque.

 

SylvieMayer

Francis Wurtz a dédié sa carrière à l’Europe. Elu en 1979 dans le groupe communiste, il y est toujours aujourd’hui.

FrancisWurtz

Claude Estier avait déjà une longue expérience en politique. A 54 ans, responsable de la presse du Parti socialiste, il voulait « voir autre chose ». Les questions européennes l’intéressaient… banco !

Il se présente sur la liste PS et devient vice-président de la commission chargée des Affaires internationales. « Le président italien Mariano Rumor avait des problèmes de santé, raconte le député français. J’ai donc plusieurs fois présidé les travaux de la commission ». Il prend alors en charge le dossier concernant l’adhésion de la Grèce. « C’était passionnant car je suis allé 7 ou 8 fois à Athènes pour rencontrer les autorités grecques », se souvient-il. L’un de ses meilleurs souvenirs.

Dans les couloirs, le porte-parole du groupe socialiste rencontre des « vedettes internationales », avec qui il noue de solides relations. Certains deviendront chefs d’Etat ou Premier ministre. Parmi eux, les Allemands Willy Brandt et Klaus Hansch, la Britannique Barbara Castle, l’Espagnol Enrique Baron Crespo ou les Italiens Guido Fanti et Enrico Berlinguer. « En 1979, les gens qui se sont présentés avaient envie de jouer un rôle, confie Claude Estier. Aujourd’hui, on a l’impression que l’on case des gens et c’est dommage. Le Parlement européen est un lot de consolation. » Pour lui, cela faisait toute la différence : « Il y avait une volonté de coopération, à l’opposé des tensions, des rivalités et des coups bas que l’on trouve systématiquement dans les parlements nationaux ».

Et tant pis si l’influence du Parlement « n’était pas aussi importante qu’aujourd’hui ». « Il y avait beaucoup de voeux pieux mais aussi des orientations intéressantes », ajoute Claude Estier. En juin 1981, après l’élection de François Mitterrand et la dissolution de l’Assemblée nationale, il se présente aux législatives dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Réélu, il abandonne son poste au Parlement européen.

 

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/27/1979-les-premieres-vraies-elections-europeennes/feed/ 0
1979-2009 : Iran, 30 ans de régime islamique http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/1979-2009-30-ans-de-regime-islamique/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/1979-2009-30-ans-de-regime-islamique/#comments Thu, 26 Feb 2009 19:13:23 +0000 nadirchougar http://ipjblog.com/troiszero/?p=306 Ils étaient des milliers, le 1er février dernier, à se presser dans les rues de Téhéran. L’Iran célébrait le trentenaire de la Révolution de 1979. En France, des Iraniens de la diaspora racontent 30 ans d’histoire.

Par François-Xavier Rigaud et Nadir Chougar

Révolution de 1979

Janvier 1979. Sous la pression de la rue, Mohammad-Reza Shah Pahlavi fuit l’Iran. Laïcs, libéraux, communistes, religieux : toute la société iranienne se mobilise contre le monarque. Mais, en six mois seulement, les islamistes imposent leur pouvoir. En février, l’ayatollah Khomeiny, de retour d’exil, est accueilli à Téhéran par deux millions de personnes. En juin, la république islamique est fondée. Nommé guide suprême de la révolution, Khomeiny triomphe.

Appartenant à la mouvance des Fedayin, un groupe marxiste, Behrooz Farahany, alors Iranien de 22 ans en exil en Grande-Bretagne, combat activement le régime du Shah. Il est en Grande-Bretagne quand il apprend l’incroyable nouvelle de la chute du régime.


1979 La Révolution iranienne from Nadir on Vimeo.

Contrairement à Behrooz Farahany, Parviz Navidi, membre actif des Fedayin, est en Iran quand le processus révolutionnaire débute. Il a 27 ans et vient de recouvrer la liberté après cinq années passées dans les geôles du Shah. Si la révolution a été majoritairement pacifique et spontanée, les Fedayin ont tenté quelques actions d’éclat comme la prise d’un hôpital militaire.

Prise d’un hôpital militaire

La guerre Iran-Irak (1980-1988)

L’euphorie révolutionnaire ne dure pas. Le 22 septembre 1980, Saddam Hussein déclare la guerre à la république islamique. Le conflit dure huit ans et fait entre 500 000 et un million de morts. En 1988, l’ayatollah Khomeiny demande un cessez-le-feu.

Lorsque la guerre éclate, Behrooz Farahany est officier dans l’armée. Occupant un poste stratégique, il ne part pas sur le front. Mais il a vu ses camarades partir un à un pour ne jamais revenir.


Guerre Iran-Irak 1980-1988 from Nadir on Vimeo.

La république islamique : un régime policier

Censure, torture, contrôles policiers à outrance : les Pasdarans, les fameux gardiens de la révolution et véritables bras armés du régime, font régner la terreur en Iran.

Quelques mois après la Révolution, ils traquent les opposants qui s’organisent. Behrooz Farahany échappera par deux fois de justesse à l’arrestation. La seconde fois, c’était au volant de sa voiture.

Une chance miraculeuse

Iranien vivant en France, Yashar Mohtasham est, comme il se définit lui-même, un « activiste associatif » en guerre contre le régime des Mollahs. En 1998, tout juste majeur, il revient en Iran où il passe son service militaire. À plusieurs reprises, il sera flagellé.

Violence ordinaire

À la torture s’ajoute la censure. Yashar Mohtasham a passé une partie de sa jeunesse en Iran avant de partir en France. Il se souvient des tabous imposés par l’enseignement islamique.

Censure et tabous

La révolte étudiante de 1998

En 1997, l’élection à la présidence du réformateur Khatami soulève d’immenses attentes. Des espoirs vite déçus. En 1999, journaux et intellectuels réformateurs sont violemment réprimés. À Téhéran, une véritable révolte estudiantine démarre. En représailles, les gardiens de la révolution forcent les portes de la cité universitaire et saccagent les locaux. Un véritable affront pour la jeunesse iranienne.

Cette révolte durera une semaine et fera trembler le régime. Elle est considérée aujourd’hui comme l’événement précurseur du réveil de la société persane.

Alors âgé de 19 ans Yashar Mohtasham participe à ces manifestations qui ont entraîné la mort d’un étudiant et l’arrestation de nombreux autres. Il raconte comment a débuté cette révolte.

Soulèvement étudiant

Ahmad Batebi brandissant un t-shirt ensanglanté, preuve de la violence de la répression du mouvement étudiant de 1999. Ce geste lui vaudra six ans de prison.

Aujourd’hui, une société bouillonnante

Apparition de deux syndicats indépendants, pétition pour l’égalité homme-femme qui récolte plus d’un million de signatures, des Iraniens qui raillent ouvertement les autorités : progressivement, les esprits se libèrent.

Opposant, Behrooz Farahany perçoit ce changement.

Le régime fait moins peur

Fers de lance de la contestation, les étudiants iraniens sont aujourd’hui rejoints par le mouvement ouvrier.

Quel avenir pour l’Iran ?

Sociaux-démocrates ou monarchistes, les membres de la diaspora iranienne de France partagent le même optimisme : la chute du régime des Mollahs est programmée.

Pour Behrooz Farahany, la flamme de la révolution brûle encore.

L’optimisme règne

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/1979-2009-30-ans-de-regime-islamique/feed/ 2
1979 : entre-deux-modes http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/1979-annee-charniere-en-mode/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/1979-annee-charniere-en-mode/#comments Thu, 26 Feb 2009 16:33:54 +0000 matthieu http://ipjblog.com/troiszero/?p=229 L’année 1979 marque la fin de la mode hippie et le boom du mouvement punk en France. L’ère est à la sophistication et à l’audace.

Par Ioana Doklean, Claire Hache et Aurélie Lebelle

1979, souvenez-vous… Vous aviez les cheveux longs, vous hésitiez entre votre sous-pull orange et votre chemise à col “pelle à tarte”, et vous aviez rangé votre pantalon pattes d’éph’ afin de ne pas passer pour le dernier des ringards. Vous étiez la victime consentante d’une mode à cheval sur deux mouvements : les années 70 et le début des années 80. C’était chacun son style, chacun son clan…On quitte le grand phénomène post-hippie, qui perdure cependant d’une certaine manière avec le new-wave. On alterne ses robes longues fleuries – type “Petite Maison dans la prairie” – avec des tee-shirts amples et toujours colorés. Florence Müller, historienne de la mode, estime que c’est en tout cas “le grand retour de la tendance rétro, du glamour des stars hollywoodiennes des années 50″. Une nouvelle sophistication des coupes et des matières est à l’ordre du jour, les tailles sont marquées par des grosses ceintures, les épaules élargies par le padding.

Elle, 15 janvier 1979

Qu’est-ce que le padding ? Florence Müller explique. 

Les plus distinguées s’habillent de longs manteaux de fourrure et chaussent des escarpins décolletés aux talons aiguille toujours plus hauts. Selon Florence Müller, la jeune génération aime jouer au “petit monsieur et à la petite madame”, mais c’est toujours avec un esprit second degré. Le retour à la sophistication se constate aussi en matière de lingerie fine : Chantal Thomass est alors une créatrice très en vogue.
Les nostalgiques de La fièvre du Samedi Soir sont à cette époque les dernières groupies du disco. Les couleurs sont flashy, acidulées et les mélanges audacieux (pois, rayures ou paillettes). Les plus rebelles s’inspirent de la mode d’Outre-Manche. Le mouvement punk y vit ses plus belles heures : jeans troués, blousons cloutés et épingles à nourrice. Crètes, crâne rasé par endroits, ces coiffures ont marqué l’inconscient collectif. Pour ce qui est des chaussures, elles sont lourdes, masculines, telles les célèbres Doc Martens.

Analyse du mouvement punk

Avec la fin des années 70, toute une nouvelle génération de créateurs s’impose. Encore méconnus du grand public, Thierry Mugler, Sonia Rykiel, Jean-Paul Gaultier et Vivienne Westwood organisent leurs premiers défilés et dessinent la mode des années 80. Florence Müller, alors âgée de 18 ans, adoptait un look fait de robes à ceintures, de mélanges en tous genres, comme les médailles militaires sur le revers d’un costume marin : “Je recyclais aussi des vêtements de ma grand-mère” sourit-elle.

Pourquoi les jeunes modeux allaient-ils aux Puces ?

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/1979-annee-charniere-en-mode/feed/ 0
1979-2009 : De Carter à Bush, les prédécesseurs écolos d’Obama http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/de-carter-a-bush-les-predecesseurs-ecolos-d%e2%80%99obama/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/de-carter-a-bush-les-predecesseurs-ecolos-d%e2%80%99obama/#comments Thu, 26 Feb 2009 16:14:18 +0000 menguix http://ipjblog.com/troiszero/?p=216 Depuis le second choc pétrolier de 1979, les administrations américaines ont tenté de trouver des alternatives au pétrole. Preuve qu’Obama n’a pas inventé l’écologie.

Par Sophie Boltz et Mélody Enguix

En janvier 1979, le Shah d’Iran fuit son pays. Quelques mois plus tard, le prix du baril d’essence atteint 40 dollars de l’époque aux Etats-Unis, plus du double en dollars actuels. 1979 marque ainsi le second choc pétrolier.

Face aux prix astronomiques, les pays occidentaux consommateurs de pétrole s’inquiètent de l’instabilité économique de cette région. L’Allemagne, la France et le Japon cherchent un responsable. Le coupable est tout désigné : ce sont les Etats-Unis et leur gaspillage énergétique. Les Américains semblent peu soucieux des réserves d’énergies comme ils sont peu respecteux de l’environnement.
Aujourd’hui encore, de nombreux pays continuent de pointer du doigt les Américains qui consomment encore davantage.

(c) Mélody Enguix

Effrayés par leur dépendance au pétrole importé, les Etats-Unis ont pourtant tenté de développer les énergies alternatives. Les 30 dernières années révèlent une continuité d’un président à l’autre. Bush et Obama n’échappent pas à la même règle.

Une chronologie en images des mesures alternatives prises. Derrière les images, lisez les explications.

(la dernière photo, représentant Obama, est un design d’Adam C. Morse)

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/de-carter-a-bush-les-predecesseurs-ecolos-d%e2%80%99obama/feed/ 0
1979 : Les premières larmes du Dakar http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/le-premier-paris-dakar-une-course-dans-linconnu/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/le-premier-paris-dakar-une-course-dans-linconnu/#comments Thu, 26 Feb 2009 15:47:02 +0000 bertrandschaal http://ipjblog.com/troiszero/?p=224 Pour ses 30 ans, le rallye Dakar s’est couru cette année en Amérique du Sud. Que de changements par rapport au concept original de Thierry Sabine. L’inconnu et l’amateurisme dominaient la première édition.

Par Amandine Barthélémy

Vroum ! Vroum !
182 véhicules font chauffer l’asphalte de la place du Trocadéro pour le départ du premier événement sportif de l’année. Nous sommes le 26 décembre 1978. Les concurrents du premier Paris-Dakar, organisé par Thierry Sabine, ont disputé un prologue deux jours auparavant sur le camp militaire de Montlhéry. Après 10 000 km de souffrance, ils ne sont plus que 74 à franchir la ligne d’arrivée, le 14 janvier 1979. Les faits de course furent nombreux, mais le plus impressionnant fut l’abandon d’Hubert Auriol, en pleurs, dans la dernière étape, laissant filer la victoire au profit du motard Cyril Neveu.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/le-premier-paris-dakar-une-course-dans-linconnu/feed/ 1
2039 vu d’une boule de cristal http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/2039-vu-dune-boule-de-cristal/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/2039-vu-dune-boule-de-cristal/#comments Thu, 26 Feb 2009 15:41:02 +0000 Marie-Laure http://ipjblog.com/troiszero/?p=213 2039, c’est dans longtemps. Mais pas tant que ça. L’astrologue Françoise Colin répond aux impatients qui se demandent déjà ce que nous réserve l’avenir.

Par Marie-Laure Combes et Claire Mahjoub

Françoise Colin est astrologue depuis 30 ans. Elle est aussi médium et graphologue.
En février 2005, elle avait prédit dans les colonnes du magazine Paris Capital l’attribution des Jeux Olympiques de 2012 à Londres.

Elle nous reçoit dans son grand appartement bourgeois de la place des Pyramides (Paris) où flotte une odeur d’encens. Sous l’œil du Dalaï Lama, Françoise Colin croit d’abord à une plaisanterie.

Ecouter(1)

Pour prédire l’avenir, Françoise Colin s’appuie sur différentes méthodes. L’étude de la concentration des planètes, héritée des Anciens, lui permet de dégager des grandes tendances.

Ecouter(2)

Depuis 1892, nous traversons l’ère du Verseau. Et si la position des astres rend la période actuelle difficile, notamment avec la crise financière, Françoise Colin prévoit des années meilleures.

Ecouter(3)

Et pour 2039, alors ?

Ecouter(4)

Et pour avoir un autre avis sur ce que vous réserve l’avenir, consultez cet article où Marc Mousli, chercheur en prospective, livre les grandes évolutions de notre pays à l’horizon 2030.

 

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/2039-vu-dune-boule-de-cristal/feed/ 2
Le Forum idé’Halles http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/le-forum-idehalles/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/le-forum-idehalles/#comments Thu, 26 Feb 2009 12:31:08 +0000 cchapuis http://ipjblog.com/troiszero/?p=161

Le 4 septembre 1979, le Forum des Halles était inauguré en plein coeur de Paris. 30 ans plus tard, le défi est de rénover ce point névralgique de la capitale.

Par Aurélie Fontaine et Servane Philippe

Emile Zola l’appelait Le ventre de Paris. Aujourd’hui encore, le quartier des Halles grouille. Chaque jour, 800 000 personnes transitent par ce noeud de transport (trois lignes de RER, cinq lignes de métro et quinze lignes de bus). Il accueille aussi un des centres commerciaux les plus rentables de France, une piscine, une médiathèque et le nouveau Forum des images.
Des problèmes de sécurité et de vétusté obligent la Mairie à lancer un vaste projet de rénovation en 2001, misant sur la concertation publique. La suite est un défilé de passions, de polémiques, de lobbys aux intérêts divergents. D’un côté, la très active association de riverains Accomplir. De l’autre, la Municipalité et Unibail, société gestionnaire du centre commercial. Six ans et deux concours d’architecture plus tard, le débat est scellé. Les Parisiens découvrent la Canopée des Français Patrick Berger et Jacques Anziutti (cf chronologie et diaporama pour les photos). Le lieu sera axé sur la culture, les services, l’environnement et le bien-être. Les Parisiens pourront en juger dès 2013.

Chronologie

Fin 2002 : délibération du Conseil de Paris lancement de l’aménagement du Forum des Halles.
15 décembre 2004 : Résultat du 1er concours d’architecture. Quatre projets en lice et un gagnant : David Mangin.
18 janvier 2007 : Deuxième concours. 104 candidatures. 10 propositions sont officiellement retenues.
29 juin 2007 : le projet Canopée de Patrick Berger et Jacques Anziutti arrive en tête.
2010 : Début des travaux.
2013 : Livraison prévue du projet Canopée.

Une Seconde Life pour le jardin des Halles

Le projet Forum des îles de Joshua Culdesac et Piper Pitney

Le projet Forum des îles de Joshua Culdesac et Piper Pitney

Quel est le lien entre le monde virtuel de Second Life et Accomplir, association de riverains du quartier des Halles à Paris ? Réponse : un concours d’architecture virtuel organisé en 2007. Les projets proposés par la Municipalité ne convenaient pas aux membres de l’association. Ils décident alors de faire appel à la créativité publique via Second Life. Les internautes peuvent redéssiner le jardin du Forum des Halles. Résultat : une trentaine de projets présentés et deux gagnants : Joshua Culdesac and Piper Pitney. Leur projet restera virtuel mais l’argent gagné est bien réel. Ils se sont partagés 125 000 Lindens dollars (la monnaie virtuelle de Second Life), soit 780 vrais dollars américains. Pour l’association Accomplir, c’est aussi du lobbying à peu de frais…

]]> http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/le-forum-idehalles/feed/ 0 1979 : l’iPod old school http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/kramer-contre-apple/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/kramer-contre-apple/#comments Thu, 26 Feb 2009 11:58:28 +0000 Jim Jarrassé http://ipjblog.com/troiszero/?p=153 Kane Kramer a les boules. Apple vient de reconnaître sa paternité dans l’invention du baladeur MP3, sans qu’il n’ait touché une livre de royalties.

Par Jim Jarrassé

C’était en 1979, Kramer avait 23 ans. L’Anglais, qui avait quitté l’école à 15 ans, dessine sur le coin d’une table les plans de ce qui deviendra le légendaire Ipod. Le prototype se nomme « IXI » et ressemble à s’y méprendre au baladeur qu’ont aujourd’hui dans leur poche toutes les midinettes et les geeks qui se respectent.

De la taille d’une carte de crédit, le « IXI » pouvait contenir – tenez-vous bien – jusqu’à trois minutes de musique. Pas assez pour être commercialisé. Kane Kramer dépose tout de même un brevet mondial, plutôt coûteux (60 000 livres). En 1988, n’ayant plus les moyens de s’acquitter d’une telle somme, il abandonne les droits de son invention. Les plans du « IXI » tombent dans le domaine public et se retrouvent rapidement dans l’escarcelle d’Apple. Dans un récent procès l’opposant au site web Burst.com, la marque à la pomme a reconnu s’en être inspiré.

Aujourd’hui, Kane Kramer espère toujours grappiller quelques dollars à Apple. Il est en négociation pour obtenir une compensation financière. Pour info, l’Ipod a rapporté près de 90 milliards de dollars à Apple depuis 2001…

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/kramer-contre-apple/feed/ 3
2009 : Trentenaires autour du Monde http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/2009-trentenaires-autour-du-monde/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/2009-trentenaires-autour-du-monde/#comments Thu, 26 Feb 2009 10:13:48 +0000 bertrandschaal http://ipjblog.com/troiszero/?p=104 Des trentenaires de différentes origines réfléchissent sur leur génération.

Par Anaëlle Bruyand, Florianne Finet et Bertrand Schaal

Génération Y (Etats-Unis), milleuriste (Espagne), Lost generation (Japon), Génération désenchantée (France)… Les expressions ne manquent pas pour qualifier les trentenaires de la planète. Mais que pensent de leur condition les principaux intéressés? Galère, introspection, optimisme. Petit aperçu international.


2009 : Trentenaires autour du Monde from beber on Vimeo.
Voir aussi des trentenaires qui savent se mettre en scène.

Trentenaire, génération galère ?

Par Bertrand Schaal

Elevés selon les règles et surtout les promesses des 30 Glorieuses, les trentenaires se heurtent aux crises en tout genre (récession, croissance molle, chômage de masse, travail précaire…) qui ont changé les règles du jeu. Et pour couronner le tout, leurs aînés ne veulent pas céder leurs places.

Ce phénomène se retrouve surtout dans les pays d’Europe occidentale et au Japon selon le sociologue Louis Chauvel. Il développe même le concept de «fracture générationnelle». Les postes à responsabilité et les richesses sont accaparées par les 40-50 ans. Les trentenaires ont donc moins de perspectives professionnelles. Les plus âgés détiennent aussi les principales fonctions politiques et ont la mainmise sur la conduite des réformes. Et pour ne rien arranger, les trentenaires devront payer les retraites de leur parents sans savoir s’ils pourront bénéficier à leur tour du même système. Mais avant cela, il faut d’abord être indépendant. Or nombreux sont les jeunes trentenaires qui ne peuvent pas quitter le domicile familial, notamment en Espagne et en Italie où les « milleuristes » n’ont pas les revenus suffisants pour se payer un logement.

Ces jeunes adultes subissent aussi une déconsidération sociale. Le meilleur exemple est le Japon où les trentenaires sont appelés « parasites », « génération perdue », « clan des perdants », « génération dépressive », « génération malchanceuse »… Des stigmatisations qui cachent les dysfonctionnements d’une société dans son ensemble.

Ce modèle n’est cependant pas universel. D’après Louis Chauvel, le critère générationnel ne s’applique pas aux Etats-Unis et dans les pays anglo-saxons. Cette perspective n’est également pas pertinente dans les pays en croissance rapide comme La Chine, l’Inde et les pays d’Europe de l’Est. Enfin, dans les pays aux économies les plus faibles et à forte natalité c’est toute la jeunesse qui se retrouve souvent inactive.

La génération née dans les années 70 est en fait la première entrée dans un monde qui ne leur garantit pas un meilleur niveau de vie que celui de leurs parents.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/26/2009-trentenaires-autour-du-monde/feed/ 0
1979 : Le premier Mc Do de France (enfin presque) ouvre ses portes à Strasbourg http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/le-premier-macdo-de-france-enfin-presque-ouvre-ses-portes-a-strasbourg/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/le-premier-macdo-de-france-enfin-presque-ouvre-ses-portes-a-strasbourg/#comments Wed, 25 Feb 2009 21:01:30 +0000 bertrandschaal http://ipjblog.com/troiszero/?p=95 L’histoire officielle a occulté une bataille judiciaire sur fond de gros sous.

Par Anaëlle Bruyand

« Premier restaurant Mc Donald’s en France inauguré le 17 septembre 1979 à Strasbourg » : c’est ce qui est inscrit sur la plaque commémorative qui figure sur le Mc Do du centre commercial de la place des Halles. En réalité, le premier fast-food du géant américain est né en 1972 à Créteil.

Au début des années 70, Raymond Dayan, homme d’affaires français vivant aux Etats-Unis, obtient une franchise Mc Donald pour la région parisienne, qui lui accorde le droit de créer plus de 150 restaurants. Il choisit le Val-de-Marne pour ouvrir le premier en 1972. En 1977, alors que l’homme d’affaires a installé 12 Mc Do à Paris et que les affaires commencent à marcher, la chaîne de fast-food lui intente un procès. Mc Do veut rompre le contrat de franchise. La raison : plusieurs inspections auraient montré que Raymond Dayan ne respectait pas les normes de l’enseigne en terme d’hygiène, de service et de rapidité.

Dayan rétorque que ces inspections sont un prétexte. Selon lui, Mc Do voudrait obtenir plus d’argent des restaurants français en s’en occupant directement. S’ensuit une bataille de cinq ans devant les tribunaux américains. Dayan perd le procès, on lui retire sa franchise et il doit renommer tous ses fast-food. C’est en plein milieu de cet imbroglio judiciaire que « l’officiel » Mc Do strasbourgeois est inauguré.

Cette pub américaine de 1979 témoigne qu’en trente ans, le hamburger n’a pas beaucoup changé. Le Big Mac est toujours plus gros sur la photo que dans la réalité.

Au pays du jambon beurre, le sucès du fast-food ne s’est pas démenti : il y a aujourd’hui plus de 1 100 Mc Do en France.


]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/le-premier-macdo-de-france-enfin-presque-ouvre-ses-portes-a-strasbourg/feed/ 0
1979 : La dernière avocate de Mesrine http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/la-derniere-avocate-de-mesrine/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/la-derniere-avocate-de-mesrine/#comments Wed, 25 Feb 2009 19:06:41 +0000 cchapuis http://ipjblog.com/troiszero/?p=72 Martine Malinbaum raconte son expérience de jeune avocate face au plus grand gangster des années 1970.

Par Ioana Doklean et Aurélie Fontaine

Le 2 novembre 1979, Jacques Mesrine est abattu par la police Porte de Clignancourt. Avocate de Mesrine entre 1976 et 1978, Martine Malinbaum, qui a notamment publié en octobre un recueil d’une quarantaine de lettres et de poèmes écrites pour elle par “l’Ennemi public n°1″, revient sur ces deux années.

Martine Malinbaum lit un poème de Mesrine

Grande, charismatique, les yeux verts. On ne doute pas que Martine Malinbaum ait pu faire tourner la tête des hommes. Mesrine le premier. Agée de 26 ans à l’époque, elle explique sans fausse modestie : “J’étais un oiseau tout frais qui se posait sur la cage de la prison”. Accueillante, l’avocate reçoit dans son cabinet situé avenue Foch (XVIe arrondissement de Paris). Elle porte un tailleur noir, strict. Un manteau de fourrure est posé sur une autre table, quasi identique à celui qu’elle portait à la fin des années 70. “Mesrine m’avait désignée pour que je sois son avocate. D’autres détenus de la prison de la Santé que je défendais à l’époque ont dû lui parler de moi”. Aucune appréhension du côté de la jeune femme, qui rejoint alors une dizaine d’avocats défendant Mesrine. “Il faut replacer les choses dans leur contexte. La première fois que je rencontre Mesrine, c’est en 1976, au Quartier de Haute Sécurité (QHS) de la Santé. Il n’est pas encore l’Ennemi public n°1″.

Plus de détails sur cette première rencontre

Martine Malinbaum devient alors source d’inspiration. “J’étais sa muse. Je ne lui ai pas interdit de m’écrire des lettres et des poèmes, à la seule condition de ne pas avoir à y répondre”. Dans ces courriers à l’écriture soignée, Mesrine évoque les souffrances dues à la prison, à l’isolement. “Certains disent qu’il s’agit de lettres d’amour, mais je ne suis pas d’accord. Mesrine avait surtout besoin d’exprimer des sentiments. Je comprenais son besoin d’écrire et ce n’était pas désagréable de le lire”. Lorsqu’un avocat rend visite à son client en prison, les parloirs représentent des moments d’ “évasions intellectuelles, pendant lesquelles on parle de tout”. On apprend ainsi que Mesrine était passionné d’architecture et suivait de près ce qui était dit sur lui dans la presse. Le 8 mai 1978, Mesrine et deux comparses réussissent à s’évader de la prison de la Santé, grâce à la complicité de gardiens. “Il n’a jamais évoqué avec moi une possible évasion” précise-t-elle. Pendant cette période (mai 1978-novembre 1979), Martine Malinbaum n’a eu qu’un seul contact avec lui : le jour de son anniversaire Mesrine lui a envoyé un bouquet de roses.

L’histoire du bouquet de roses

Le 2 novembre 1979, Martine Malinbaum revient du Palais de justice de Paris en voiture. Aux alentours de 15 heures, la radio annonce la mort de Mesrine. “Ca fait un drôle d’effet, mais je m’y attendais. D’ailleurs, ça s’est passé comme il me l’a décrit”. Martine Malinbaum s’interrompt dans son récit : une alerte Google lui indique que le film “Mesrine” a de bonnes chances d’être primé aux Césars. “Il faudrait quand même que j’aille voir le deuxième” convient-elle. “La première partie est un ramassis de faits, qui donne l’impression d’un type qui n’est bon qu’à cogner. Le personnage pouvait être violent, mais ce n’était pas de la violence permanente”. Dans le dyptique de Jean-François Richet, la thèse de l’assassinat de Mesrine par la police est privilégiée. Thèse pour laquelle maître Malinbaum s’est toujours battue.

La thèse de l’assassinat

“Mesrine a accompagné ma carrière d’avocate. J’étais jeune, ce n’était pas rien de le défendre”. Martine Malinbaum poursuit son combat : elle a posé un recours devant la Cour Européenne des droits de l’homme (CEDH) pour faire valoir un déni de justice dans le dossier de Jacques Mesrine. Aujourd’hui, elle défend deux prévenus dans l’affaire de l’Angolagate, dont Paul-Loup Sulitzer.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/la-derniere-avocate-de-mesrine/feed/ 0
2009-1979-1949 – L’Histoire des Khmers rouges débuta à Paris http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/des-khmers-rouges-a-paris/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/des-khmers-rouges-a-paris/#comments Wed, 25 Feb 2009 16:04:36 +0000 matthieu http://ipjblog.com/troiszero/?p=57 Si l’Histoire des Khmers rouges n’a pas pris fin en 1979, elle n’a pas non plus débuté en 1975.

Par Matthieu Payen

Les livres d’histoire sont formels : les Khmers rouges ont semé la terreur au Cambodge de 1975 à 1979. Pourtant, l’actualité nous rappelle que l’Histoire entre mal dans les cases. Le procès des tenants du régime a mis trente ans à voir le jour. Trente années pendant lesquelles un peuple a vécu dans le silence, tentant d’oublier l’inoubliable.

Trente ans, c’est aussi paradoxalement le temps qu’il a fallu aux Khmers rouges pour mettre au point leur organisation, affiner leurs idées destructrices. L’arrivée au pouvoir de ce groupuscule marxiste, le 17 avril 1975, n’est que la conséquence logique d’une stratégie échaffaudée par quelques étudiants khmers partis dès la fin des années 40 enrichir leur connaissance… à Paris. L’historien Sacha Sher nous mène sur les traces de ces futurs tortionnaires.


Agrandir le plan

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/des-khmers-rouges-a-paris/feed/ 0
1979 en musique : Rangers et paillettes http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/rangers-et-paillettes/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/rangers-et-paillettes/#comments Wed, 25 Feb 2009 15:05:33 +0000 cchapuis http://ipjblog.com/troiszero/?p=55 Disco. Punk. Heavy-metal. Ska. Les oreilles de la fin des seventies n’ont que l’embarras du choix.

Par Marie-Laure Combes

Si les boules à facettes du disco ne tournent plus très rond, les groupes contestataires montent en puissance. AC/DC prend l’autoroute vers l’enfer alors que Gloria Gaynor s’accroche pour survivre. Les Gaulois, eux, résistent encore et toujours à la modernité. Chantal Goya nous présente sa cousine et Sheila connaît son plus grand succès avec son Spacer, « un chasseur d’étoiles, un homme à femmes »…


TroisZero – Rangers et Paillettes from Marie-Laure on Vimeo.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/rangers-et-paillettes/feed/ 0
1979 dans l’actualité : Le crépuscule des seventies http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/le-crepuscule-des-seventies/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/le-crepuscule-des-seventies/#comments Wed, 25 Feb 2009 14:03:56 +0000 cchapuis http://ipjblog.com/troiszero/?p=50 En 1979, déjà, les eighties percent sous les seventies. C’est la fin de Giscard et du disco et le début des années Thatcher.

Par Cyril Chapuis


La fin des seventies from Jim on Vimeo.

]]>
http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/le-crepuscule-des-seventies/feed/ 2
1979 sur grand écran : Napalm et crème solaire http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/lannee-79-au-cinema/ http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/lannee-79-au-cinema/#comments Wed, 25 Feb 2009 09:19:27 +0000 bertrandschaal http://ipjblog.com/troiszero/?p=21 L’introspection américaine, ou effet Vietnam, tranche avec l’insouciance du cinéma français.

Par Jim Jarrassé

Qu’ils sont loins Les Bérets Verts de John Wayne (1968), où les commandos américains dézinguent sans complexe les méchants Viets, pour protéger le monde du péril jaune. En 1979, plus question de manichéisme primaire dans le cinéma américain. Avec Apocalypse Now et Deer Hunter (Voyage au Bout de l’Enfer), Coppola et Cimino mettent le doigt là où ça fait mal. L’objectif est clair : crever l’abcès du Vietnam et réveiller la société américaine.
En France, Tess de Roman Polanski, La Guerre des polices de Robin Davis ou encore Buffet Froid de Bertrand Blier seront récompensés par des “César”. Mais ce sont surtout les comédies qui connaîtront un succès immense. Car 1979, c’est aussi l’année du cultissime Les Bronzés font du ski (Patrice Leconte). Les Gendarmes et les extra-terrestres (Jean Girault) fera exploser le box-office avec plus de 6 millions d’entrées.


Troiszero – 1979 – Napalm et crème solaire from Jim on Vimeo.

Les autres succès

Troiszero vous propose maintenant une petite sélection de films de l’année. Rendez-vous sur notre mur d’images 3D (s’il vous plaît !) et naviguez à travers les affiches de films. N’hésitez pas à appuyer sur la petite flèche (en bas à droite) pour obtenir des infos sur le film.

]]> http://ipjblog.com/troiszero/2009/02/25/lannee-79-au-cinema/feed/ 0