Trois Zéro


1979 : entre-deux-modes
February 26, 2009, 11:33 am
Filed under: C'était il y a 30 ans... | Tags: , , ,

L’année 1979 marque la fin de la mode hippie et le boom du mouvement punk en France. L’ère est à la sophistication et à l’audace.

Par Ioana Doklean, Claire Hache et Aurélie Lebelle

1979, souvenez-vous… Vous aviez les cheveux longs, vous hésitiez entre votre sous-pull orange et votre chemise à col “pelle à tarte”, et vous aviez rangé votre pantalon pattes d’éph’ afin de ne pas passer pour le dernier des ringards. Vous étiez la victime consentante d’une mode à cheval sur deux mouvements : les années 70 et le début des années 80. C’était chacun son style, chacun son clan…On quitte le grand phénomène post-hippie, qui perdure cependant d’une certaine manière avec le new-wave. On alterne ses robes longues fleuries – type “Petite Maison dans la prairie” – avec des tee-shirts amples et toujours colorés. Florence Müller, historienne de la mode, estime que c’est en tout cas “le grand retour de la tendance rétro, du glamour des stars hollywoodiennes des années 50″. Une nouvelle sophistication des coupes et des matières est à l’ordre du jour, les tailles sont marquées par des grosses ceintures, les épaules élargies par le padding.

Elle, 15 janvier 1979

Qu’est-ce que le padding ? Florence Müller explique. 

Les plus distinguées s’habillent de longs manteaux de fourrure et chaussent des escarpins décolletés aux talons aiguille toujours plus hauts. Selon Florence Müller, la jeune génération aime jouer au “petit monsieur et à la petite madame”, mais c’est toujours avec un esprit second degré. Le retour à la sophistication se constate aussi en matière de lingerie fine : Chantal Thomass est alors une créatrice très en vogue.
Les nostalgiques de La fièvre du Samedi Soir sont à cette époque les dernières groupies du disco. Les couleurs sont flashy, acidulées et les mélanges audacieux (pois, rayures ou paillettes). Les plus rebelles s’inspirent de la mode d’Outre-Manche. Le mouvement punk y vit ses plus belles heures : jeans troués, blousons cloutés et épingles à nourrice. Crètes, crâne rasé par endroits, ces coiffures ont marqué l’inconscient collectif. Pour ce qui est des chaussures, elles sont lourdes, masculines, telles les célèbres Doc Martens.

Analyse du mouvement punk

Avec la fin des années 70, toute une nouvelle génération de créateurs s’impose. Encore méconnus du grand public, Thierry Mugler, Sonia Rykiel, Jean-Paul Gaultier et Vivienne Westwood organisent leurs premiers défilés et dessinent la mode des années 80. Florence Müller, alors âgée de 18 ans, adoptait un look fait de robes à ceintures, de mélanges en tous genres, comme les médailles militaires sur le revers d’un costume marin : “Je recyclais aussi des vêtements de ma grand-mère” sourit-elle.

Pourquoi les jeunes modeux allaient-ils aux Puces ?




No Comments so far
Leave a comment



Leave a comment
Line and paragraph breaks automatic, e-mail address never displayed, HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image